Créatrice textile : mes déceptions , la dure réalité du Zéro dechet

L’article aujourd’hui est très sérieux , sachez que je parle de l’univers textile mais cela concerne bien d’autres corps de métier ( savonnier , bijoux , bougies , créations en tout genre ).

 

Lorsque je parle des autres créatrices qui sont intéressées et arrivistes sachez que BIEN ÉVIDEMENT je ne parle pas de toutes les créatrices ! Sachez que je respecte le travail des autres et j’encourage chacun à se lancer si le cœur y est (et si la passion est là car croyez moi vous en aurez besoin ).
Ici je parle surtout des créatrices arrivistes qui ne font pas les choses avec passion mais simplement puisqu’elles ont flairées le pouvoir économique de zéro déchet.
Je parle en connaissance de cause et au nom de tous les créateurs et créatrices qui n’en peuvent  plus. Je m’excuse par avance de certain des mots employés mais croyez moi cet article est sérieux , et nous sommes fatigués.
Bonne lecture.

 

Vous le savez maintenant  ce sujet me tiens tout particulièrement à cœur puisqu’il me concerne directement.
Être artisan c’est quelque chose de génial , d’ailleurs si ce n’était pas le cas , nous serions beaucoup moins nombreux.
Il y a beaucoup d’avantages non négligeables qui peuvent littéralement changer la vie.
L’indépendance , ne rendre de comptes qu’à soi même ( enfin presque ) , travailler quand on le souhaite , et la liste est encore longue.

Mais voilà entre la théorie et la pratique il y a un fossé je dirai même un gouffre sans fond.

Artisan : un métier pas très valorisé

Quelque chose à laquelle on ne pense pas quand on se lance c’est tout «  l’à côté » administratif.
Déménager , demander un prêt , faire des demandes en tout genre peut devenir très compliqué. On ne veut pas d’artisans comme client , on ne veut pas d’artisans comme locataires , on ne veut pas d’artisans comme emprunteur.
Pourquoi ? car on ne gagne JAMAIS la même chose.
Certains mois on est pleins aux as (enfin si l’on considère que d’avoir un salaire suffisant pour sortir au cinéma est être plein aux as) et puis parfois on gagne juste assez pour payer le loyer et les charges. Parfois même c’est carrément impossible mais ça on en parle pas car dire à voix haute « je ne peux pas me payer » est synonyme dans la tête des gens de « je fais un mauvais travail » et c’est pas vendeur ( et surtout complètement faux )
Compliqué hein ?


Et ce n’est pas tout .
Être artisan n’est pas valorisant.

 

La concurrence

On va pas se mentir la concurrence est quelque chose d’essentiel et de bénéfique à une économie prospère. Il y a du travail pour chacun et comme j’aime le dire , nous apportons chacun notre touche personnelle qui plaira.
Cependant j’ai pas pu m’empêcher de remarquer quelques petits bug dans la matrice

 

Trop de concurrence tue le métier

On voit fleurir sur internet et plus particulièrement sur les réseaux sociaux des dizaines ( pour par dire centaines ) de nouveaux comptes de créatrices de lingettes zéro déchet.

Au début c’était fun mais j’ai très très TRES vite remarqué qu’il y avait un problème.
je voyais LE MEME TISSUS PARTOUT ! C’est en achetant du tissus neuf au début que je m’en suis rendu compte et quand j’ai vu ce même motif partout j’ai compris.
C’est pour cette raison qu’aujourd’hui j’utilise des chutes de tissus ancien pour ne plus me retrouver dans cette situation. Je déteste faire comme les autres et je n’accepte pas que l’on fasse comme moi . Trouver des tissus anciens et uniques était la meilleure des solutions et j’en suis fière.

 

 

 

Malheureusement ce n’est pas le cas de tout le monde.

 

Je vois les mêmes motifs chez beaucoup de créatrices, les mêmes couleurs, les mêmes tissus nettoyants et je me suis posé la question suivante :

Pourquoi ?


Lorsqu’on créer une entreprise la partie la plus importante se passe avant de la créer.
Il s’agit de toute la recherche , plan d’action , marketing , ligne directive.
Lorsqu’on créer une entreprise en général on veut gagner de l’argent et la seule façon est en se démarquant . On recherche l’exclusivité ,l’originalité , le petit plus qui fera que les gens préfèrent aller chez vous que chez les autres. Et surtout on ne prend pas le risque de se lancer dans une entreprise quand l’offre est totalement bouchée, en tout cas pas si on a fait des recherches ou bien si l'on a pas monté un projet précis qui nous démarque.
Et je me pose la question suivante :  Comment se démarquer quand on recopie bêtement ce que les autres font ?

Je dis bêtement car j’ai remarqué sur plusieurs forum des personnes voulant créer leur business demander aux autres comment elles font , où elles ont trouvés leur jolie tissus coquillage vus, vus et revus et ensuite dire «  je vais acheter tout ça et me lancer »
Le métier « créateur » veut tout dire non ? dans créateur il y a ? CREER !
Il y a pas écrit «  recopier ».
Je pense aussi que c’est là que l’on reconnait qui fait ça sérieusement.
Si vous saviez le nombre de fois que j’ai reçu des messages de personnes me demandant carrément de leur donner mes fournisseurs du tissus à lingette pour se lancer elles même.


C’est qu’elle forme d’audace ça ? J’ai travaillé dur pour en arriver là, j’ai fais des tests , beaucoup de tests, j’ai acheté beaucoup de tissus différents pour voir lequel était le plus efficace , j’ai essayé , je me suis trompé , j’ai recommencé et vous croyez vraiment que je vais vous donner ma recette magique ? Que ça tombe du ciel ? Que c’est du tout cuit ?

Vous savez je suis totalement POUR le lancement de nouvelles marques , je suis pour la concurrence , J’AIME regarder les créations des autres ! Mais ce que je n’approuve pas c’est le fait de se lancer sans recherche , sans concept , simplement pomper les idées et motifs des autres.

 

Je n’approuve pas de scroller sur Instagram et de plus pouvoir différencier telle ou telle créatrices car elles se ressemblent toutes.
Sachez qu’il m’est arrivé d’acheter les mêmes tissus d’autres créatrices, c’est après coup que  je m’en suis rendue compte et j’ai vite compris que je devais trouver une solution.

 

Est-ce que demain je vais aller voir mon boulanger , lui demander la recette de sa spécialité qu’il a façonné pendant des mois et ensuite les vendre parce que je les adores  ? NON

C’est la même chose.

 

 

Mais alors pourquoi nous sommes autant nombreuses aujourd’hui ?

Parce qu’aujourd’hui c’est à la mode.
Cela ne demande pas un gros investissement pour démarrer, une machine à coudre , du tissus et le tour est joué.
Les grossistes de tissus ont flairé le truc , et proposent chaque mois de nouveaux tissus tendance qu’on est certains de retrouver partout.
C'est devenu maintenant très facile de se fabriquer soit même ses propres vêtements ou accessoires textiles mais entre la fabrication maison et artisanale pro il y a une grande différence en terme de coup, de logistique , de savoir faire et de recherches.


Tout le monde veut faire partie de ce cercle plus si privé de créatrices mais beaucoup ne veulent pas s’embêter avec les charges

 

La concurrence déloyale
ce fléau qui nous tuera

Voilà la chose la plus grave.
Car au fond que 15 000 créatrices utilisent les même tissus , les même éponges de bambou pour leurs lingettes j’ai envie de dire que ça m’arrange je peux continuer à me démarquer avec mes tissus vintage de seconde main et mon tissus à lingettes trouvé après 6 MOIS DE RECHERCHE ! Mais là où ça pose problème c’est quand ces personnes qui ont flairé le potentiel économique de zéro déchet se lance ILLEGALEMENT !
On connait tous la copine de la cousine qui fabrique des petites lingettes et qui les vends sur vinted ou facebook pas chère du tout. « juste comme ça » Cela porte un nom :
travail clandestin.

C’est de la concurrence déloyale car en vendant vos lingettes le prix où elles nous coûtent à nous , vous normalisez un prix hors de porté des VRAIS créateurs.
Vous normalisez le fait de VOLER le travail d’autrui .
Vous normalisez le fait que notre métier n’est pas reconnu.
Vous normalisez le fait que notre savoir faire ne soi plus reconnu non plus.
Vous normalisez le fait de vendre des choses illégalement.

Recontextualisons , imaginons que demain je décide de devenir boulangère mais « juste comme ça parce que j’ai un four et de la farine et que j’aime fabriquer du pain » et que je vends du pain moins cher que mon boulanger avec SA RECETTE mais sans payer de charges car je le vends seulement aux copines du cousin de ma collègue de travail . Vous continuerez à me soutenir ?

J’espère pas .

C’est la même chose.

 

Aujourd’hui cela pose problème car plus personne n’a conscience de la valeur des choses.
Ce qui est logique au fond, pourquoi acheter chez moi des lingettes à 8,90€ les 6 alors que la copine de la cousine les vends à 5 euros car « c’est juste comme ça » ?


Mais est-ce que la copine de la cousine à l’Urssaf à payer ? des impôts d’entreprises ? le loyer ? l’électricité ? des employés ? un salaire à se faire ? ou bien tout simplement des fournisseurs ? un crédit pro ?

Voilà pourquoi l’artisanat se meure aujourd’hui
.

Il y a 1 mois de cela je suis tombée sur la publication d’une créatrice, un pub sponsorisée.
Elle présentait un kit avec lingettes et panier. Très jolie avec un tissu original.
Son prix était correct, légèrement supérieur à nos produits mais rien d’excessif. Vraiment un très beau kit qui avait l’air de qualité ! En bref super travail !

J’ai vu dans les commentaires des personnes criant HAUT et FORT que c’était trop cher. Comment leur en vouloir ? puisque dans les commentaires certains ont jugés bon de dire chez qui on pouvait trouver des lingettes moins chères, certaines créatrices se faisait même de la pub !
J’ai même vu des personnes dire « je suis pas à mon compte mais je peux les faire moins chère si quelqu’un est intéressé venez en MP » .

Il n’y a pas un problème ? Suis-je la seule indignée par ce que j’ai vu ?
C’est comme ça alors ? Les artisans ne méritent pas le respect de leur travail ?
Parce qu’on peut tous fabriquer des lingettes c’est une raison de descendre le travail des autres ?

Comment voulez-vous que l’on continue ?

 

On est dans une société qui encourage l’artisanat , le made in France , le local mais nous continuons à consommer de façon illogique. On veut du fait main et soutenir les « petits artisans » mais on achète à une nana qui n’est pas immatriculée et qui nous vole notre travail et détruit notre économie ?
On est contre les grosses industries qui tuent les artisans à petit feu mais on fabrique et vend des choses illégalement à la place des vrais artisans.

Comment on fait alors ?
Aujourd’hui le zéro déchet n’a jamais été autant «  à la mode » et pourtant à présent j’ai honte que mon entreprise fasse partie de ce mouvement.
J’ai honte car ce que vous ne voyez pas , ce qui se passe en coulisse n’est pas beau.
J’ai honte car j’ai pas envie d’être associée à tous ces arrivistes intéressés . A toutes ces marques qui se fichent de l’écologie qui voient juste où gagner un peu d’argent.
J’ai pas envie d’être associé à certaines créatrices mesquines qui sabotent ( c’est du vécu ) ou volent le travail des autres et surtout je n’ai pas envie d’être associée à ces startup « écolo-bobo » qui se moquent bien de vous.

 

LE DROP SHIPPING

Un mots légèrement familier pour beaucoup.
Mais alors le dropshipping c’est quoi ?

Définition de wikipedia ( qui explique largement mieux que moi )

Le drop shipping (en français la « livraison directe » ou l'« expédition directe »1) est un système tripartite2 où le client (le consommateur) passe commande sur le site internet du distributeur (le revendeur), lequel transmet celle-ci au fournisseur (le grossiste) pour que celui-ci assure la livraison et gère les stocks3.

 

Pour imager mes propos voici un exemple

Imaginez vous que mes lingettes soient en réalités fabriquées en chine ( ou ailleurs ) et qu’à chaque commandes que vous effectuez, des personnes qui travaillent dans cet entrepôt vous les envois. Jusque là ça parait être simplement du commerce et ça l’est.

Seulement , souvent ( très souvent ) ces produits sont retrouvable sur des sites de grossistes à un prix ridicule (AlixExpress, Wish, etc), et revendu sur internet très cher (marge supérieure à 50%).

On a tous entendu parler des scandales de placement de produits des personnes de télé, qui vous proposent un objet à 50 euros ( ou plus ) sur un site , et qu’en fait on retrouve exactement le même produit sur le site de grossiste asiatique à moins de 1 euros.

La où ça pose problème c’est quand ces sites là qui sont clairement là pour l’argent s’attaque au ZERO DECHET.

Et croyez moi après fait des recherches pendant des semaines, beaucoup de marques « écologiques » font du drop shipping .

Lingettes en bambou , brosse à dent en bois , paille en inox ou bambou , brosse à vaisselle TOUT Y PASSE !

Et là où cela me dégoute c’est lorsque ces « marques » proclame haut et fort leur convictions écologiques et parfois même du MADE IN France , avec de belles phrases «  nos chercheurs ont mis au point un nouveau procédé blablabla » alors qu’elles se fournissent en chine , font graver le nom de leur marque dans l’espace prévu à cet effet et revendent leur marchandise parfois jusqu’à 10 FOIS le prix d’achat .




Voilà pourquoi on peux voir 10 fois le même produit avec jamais le même nom de marque sur l’étiquette , les grossistes fabriques des produits « vierges » afin que les marques puissent y déposer leur logo.

d'ailleurs pour voir si une marque pratique le drop shipping c'est ULTRA simple , il vous suffit de prendre une capture d'écran du produit , ensuite vous allez sur un site de grossiste asiatique ( pour pas citer le nom ) vous allez en haut à droite sur l'icone appareil photo et vous sélectionnez la capture d'écran. Le moteur de recherche va donc sélectionner toutes les images d'articles qui ressemble à la capture d'écran et vous les proposer. Et c'est comme ça qu'on voit des lingettes en bambou à 0,30€ vendue 30 euros sur certains sites qui se revendiquent spécialistes. Certaines "marques" ne font même pas l'effort de retravailler leur photos, et se contentent de prendre exactement les même que celles du grossiste. 
Et croyez moi il y en a bien plus que vous pouviez le croire... 

Mais bon chut on fera comme si de rien n’était !

 

Voilà où en sont l’écologie et l’artisanat aujourd’hui .

Des business où chacun veut grappiller le moindre sous , entre la créatrice qui se contente de faire comme tout le monde et de ne pas développer un vrai projet et qui pioche chez les autres jusqu’aux «  startup innovantes » qui font juste du drop shipping on est perdu . Comment avancer face une concurrence aussi déloyale ?

Comment continuer à se battre ?

 

Je me pose la question.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire